Une oeuvre, un regard, une émotion …

Gentilhommes

Je vous montre aujourd’hui ces 2 portraits ensemble, car  un sentiment identique s’en échappe, bien qu’ils aient été peints à des périodes bien différentes.  J’ai l’impression de percevoir  dans ces portraits une réelle admiration ou une profonde amitié, un sentiment particulier .

Ces œuvres sont loin d’être de simples commandes ou des portraits académiques, quelque chose les différencie : une attitude, un regard, une atmosphère. Cela donne un air plus sympathique à ces personnages pourtant austères.   Je vous ai déjà  parlé des sentiments qui entrent en compte lorsque l’on peint ou dessine quelqu’un que l’on connait particulièrement.   Le petit plus qui donne davantage de valeur et de réalisme au portrait  et je ressens ici une  réelle confiance ,  j’aime particulièrement l’atmosphère sereine qui émane de ces 2 peintures.

Dans les 2 portraits, il n’y a aucun décor, l’arrière plan monochrome oblige à un face à face. Les personnages sont de 3/4, le visage est placé sur l’axe médian, l’éclairage arrive en diagonale à l’arrière. Trois zones claires guident le regard : le visage, la chemise et les mains. Le regard est franc et profond et interpelle le spectateur. Le regard de Castiglione nous transperce, nous interroge … celui de Mr Bertin nous rassure. Nous entrons dans le tableau, notre présence est palpable, ces tableaux ont été peints pour nous , ces deux hommes nous sont présentés et n’ont pas été simplement « représentés ».

Les Personnages

Baldassare Castiglione était  écrivain et poète , son best-seller de l’époque «  le livre du courtisan »  fut réimprimé plusieurs fois … il écrivit aussi l’élégie de Raphael « De morte Raphaellis pictoris« . Ils étaient donc amis, et c’est peut être ce sentiment que l’on perçoit.

Louis-François Bertin, homme d’affaire fonda un journal politique et littéraire « le journal des débats ». de par sa carrure , il représente la force. Ingres fit beaucoup d’études avant de trouver la bonne pose. Edouard Bertin le fils du commanditaire, était peintre et élève de Ingres, un intérêt particulier unissait donc le peintre et son modèle.

Un jour, alors que les deux hommes prennent un café, Bertin s’approche d’Ingres pour le convaincre plus aisément. Il avance alors son buste, pose ses mains charnues sur ses cuisses et regarde le peintre droit dans les yeux… Ca y est, c’est décidé ! C’est ainsi qu’Ingres représentera Monsieur Bertin. En privilégiant une touche léchée, Ingres rend son portait encore plus vivant, donnant l’impression que Monsieur Bertin va bondir hors du tableau.Encensé pour la puissance psychologique qu’il dégage, ainsi que pour son réalisme, ce portrait aura permis à Monsieur Bertin de garder toute sa puissance jusqu’à nos jours. ARTIPS


 

Liens

Une étude sur le tableau d’Ingres Mr Bertin

Le fils de Mr Bertin, Edouard Bertin, était  peintre et travailla un temps avec Ingres , d’où peut être la relation.

Une étude interessante du portrait  de Castiglione de Raphael

Le livre  Le parfait courtisan du comte Baltasar Castillonois à télecharger en format .pdf


 

Clin d’œil