Une œuvre, un regard, une émotion …

TROMPE-L’ŒIL

On peut voir ce tableau au Louvre, parmi  une dizaine d’œuvres beaucoup plus connues du même artiste :  Louis Léopold Boilly,  dans une petite salle située près des  « Prudhon » dans l’aile Sully (la salle 58)

Je n’avais pas remarqué ce tableau, certes il n’est pas mis en valeur, placé un peu haut, dans un cadre sous verre.  Il ressemble si peu à une peinture que je ne dois pas être la seule à l’avoir zappé. Il apparait même comme incongru dans une salle de musée, ce qu’il représente est tellement réaliste que mes yeux n’ont même pas remarqué l’œuvre d’un peintre.

Je l’avoue donc, je n’ai rien vu!!! Merci Michel de m’avoir oté mes oeillères.

Mais passé ce moment de honte, les questions affluent et on s’interroge sur tout, chaque détail est une énigme.

 

Portrait du peintre Swebach, savoyards …

Dans ce magnifique trompe-l’œil on peut voir un croquis sur  papier bleu assez identique au portrait que l’on peut admirer au musée de Beaux arts de Lille, du peintre Swebach. Certains éléments  de ce trompe-l’œil nous renvoient à d’autres œuvres de l’artiste. C’est le cas pour Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey.  

 

Sur cette peinture  représentant tous les artistes de l’époque rassemblés dans l’Atelier du peintre Jean-Baptiste Isabey on retrouve donc ces portraits.  Boilly aimait aussi se représenter ou se caricaturer , et le troisième portrait en zoom est donc un autoportrait.

On y voit aussi de petits billets, pièces de monnaie ou morceau de verre … plein de petits objets que le peintre aimait à représenter comme une signature personnelle.

Louis-Léopold Boilly poussera même l’illusion en représentant des portraits dans des cadres au verre brisé.

 

 

Le trompe l’oeil à l’époque n’était pas toujours apprécié, le peintre s’y adonnait avec plaisir ainsi qu’à l’art de la caricature et je pense qu’il s’amusait beaucoup …

Liens