Une œuvre, un regard, une émotion …

AUTOPORTRAIT

Ce tableau est considéré comme un autoportrait d’Andrew Wyeth, certes bien particulier puisqu’il n’y a aucun visage, mais il y a l’âme du peintre.  Toutes les oeuvres de cet artiste  sont chargées d’émotions et de sentiments, comme le célèbre tableau « le monde de Christina » mais dans celui-ci , c’est de sa vie dont il est question. L’auteur a peint cette oeuvre après une opération très difficile où il a failli perdre la vie.  Une longue convalescence a suivi, où il parcourait la colline aux abords de sa maison chaussé de ces bottes.

Ces  bottes avaient appartenu, semble t-il à Howard Pyle, tout un symbole puisqu’il fut Le Maître de son père, celui qui permit à ce dernier d’être un illustrateur et peintre émérite. L’herbe foulée, écrasée, les couleurs de l’hiver, le petit bout de ciel couchant sur un horizon  qui décrit la colline si chère à l’artiste : chaque détail est choisi et raconte quelque chose. C’est l’histoire d’une vie que l’on peut lire dans ce tableau, mais c’est aussi un hommage peint avec virtuosité.

J’avais envie de vous présenter cette oeuvre , tout d’abord parce que j’aime beaucoup le travail d‘Andrew Wyeth et celui de son père NC Wyeth, ainsi que de son fils Jamie. Trois générations d’artistes aussi talentueux les uns que les autres que vous pouvez découvrir ici  ou  . Mais le travail d’Andrew est, pour moi,  celui le plus chargé émotionnellement et où l’on peut admirer la maitrise technique, entre autre, de  la détrempe à l’œuf .

 

voir aussi

  • Les illustrations  de NC. Wyeth, connu pour la version illustrée de l’Ile au trésor mais aussi ses peintures
  • Howard Pyle
  • ainsi que le dessin d’étude pour le tableau  ci-dessous