En explorant ma bibliothèque préférée je suis tombée sur une collection des plus beaux numéros de « Comoedia illustré » et des programmes consacrés aux ballets et galas russes depuis le début à Paris. On trouve dans ces programmes quelques illustrations de costumes ou de décors et même quelques portraits dessinés de célébrités.

—–

La revue « Comoedia illustré » consacrée au mouvement théâtral et artistique de l’époque a été éditée dès  les premières représentations des Ballets Russes. Le sujet prendra une grande part dans l’éditorial de la revue car ces spectacles apportaient une véritable révolution dans les traditions de la danse et particulièrement dans l’art du décor et du costume théâtral. 

 

Nous publiâmes donc, au fur et à mesure de leur création, tous les documents qu’il nous fut possible de recueillir sur chacune des oeuvres représentées : maquettes de décors et dessins de costumes arrachés pour quelques heures aux artisans pendant la fièvre des répétitions, photographies exécutées en hâte, gravures précipitées, articles rédigés dans l’agitation vertigineuse qui précède toujours ces fameux spectacles : voici comment furent établis les numéros de Comoedia Illustré et les Programmes consacrés aux Ballets Russes que nous avons réunis dans ce volume pour en éviter la fatale dispersion. (extrait de la revue)
Les éditeurs ont respecté l’ordre chronologique. Seules les années 1916 et 1918, pendant lesquelles les troubles mondiaux rendirent impossibles les entreprises artistiques
btv1b8415200k_f365

Costumes d'artistes

Le peintre Leon Bakst est le principal collaborateur des Ballets russes, pour lesquels il conçoit et réalise costumes et décors. On peut apprécier la richesse et la fantaisie des costumes que Léon Bakst avait imaginés dans le style oriental, avec une touche qui me fait penser aux femmes de Klimt et des artistes de la Secession. 

L’artiste Ida Rubinstein, révélée au public parisien par Serge de Diaghilew, dans Cléopâtre et Schéhérazade, où son extraordinaire et particulière beauté dans l’expression et l’attitude l’avait signalée entre toutes. Mme Rubinstein, émancipée par la suite, s’adressa au maître Léon Bakst pour la décoration et les costumes des fastueux spectacles qu’une impérieuse vocation dramatique l’amenait à monter personnellement à Paris.

Voici quelques dessins de costumes en exemple :

Des peintres français , comme ci-dessous Picasso, ont été sollicités pour les costumes ou les décors.

Costume d’acrobate du ballet parade aquarelle de Picasso
Ida rubinstein dans Helene de Sparte
Ida rubinstein dans Helene de Sparte

Quelques décors

Portraits d'artistes

On trouvait aussi dans la revue quelques articles consacrés à des poètes, musiciens,  … et illustrés de  portraits d’artistes faits par d’autres artistes.

Et pour clore le chapitre et vous laissez feuilleter la revue, voici quelques dessins pour montrer l’étendue des commandes  en illustration.

Illustration de couverture du programme de Juin 1911
Mlle SCHOLLAR, M. NIJINSKY et Mlle KARSAVINA dans une scène du ballet “ JEUX ”
Aquarelle de Baskt pour la revue"Narcisse"

0 commentaire

%d blogueurs aiment cette page :