Mais oui, bien sûr, vous connaissez Gerard Dou !!

Elève de Rembrandt,  on disait qu’il «avait pris une manière si finie et si opposée à celle de son maitre, qu’il n’avait retenu seulement l’intelligence des couleurs et le clair-obscur. » 

Il était sans nul doute un des meilleurs représentant de la peinture flamande avec ses miniatures si précises. 

Le Louvre détient quelques belles peintures de l’artiste dans une salle à son nom, c’est bien là une preuve de reconnaissance. D’ailleurs le premier don donné au musée (en 1788)  fut un Gérard Dou et pas n’importe quel tableau : un grand format puisque c’est celui de la femme hydropique .

Gérard Dou - La femme hydropique - 1663 -  Louvre
Gérard Dou - La femme hydropique - 1663 - Louvre

Potins

Venons-en aux commérages, c’est pour cela que vous êtes là!!

on raconte qu’… 

"Il passait un temps considérable sur le fini de certaines parties, il convint même avoir passé 3 jours sur les finitions d’un manche à balai et il passait souvent plus de 5 jours à peindre une main. Dezallier d’Argenville écrit dans son Abrégé sur la vie des peintres que personne ne voulait plus lui faire faire son portrait. Il était si long à opérer, que l’ennui inséparable de ces moments paraissait sur le visage de ceux qu’il peignait, et ces traits vifs qu’un peintre doit saisir du premier coup, lui échappaient. Il semblerait même que c’est pour cette raison que l'artiste abandonna le portrait rapidement pour se concentrer vers la peinture de genre traitée avec un perfectionnisme poussé."

Voilà qui est dit! et je ne vous parle pas  de l’obsession de l’artiste. Maniaque de la propreté, il traquait le moindre atome de poussière dans son atelier et grattait son travail si la plus petite particule se déposait sur sa « toile ».

Pour arriver à ce fini et à ce niveau de détail, Gérard a certainement ruiné sa vue puisque l’on dit « qu’il fut réduit à porter des lunettes à l’âge de 30 ans et à se servir d’un miroir convexe pour regarder la nature. »

A l’époque porter des lunettes à cet âge semblait être étonnant. Quoiqu’il en soit, trêves de bavardages,  Gérard Dou mourut à 61 ans très riche et reconnu. 

« En 1641 déjà, le diplomate suédois Spiering allouait une riche pension annuelle à Dou pour se réserver le premier choix de ses ouvrages. »  Larousse

Quelques œuvres

J’ai compté 12 peintures au Louvre sur les 31 œuvres de l’artiste répertoriées dans la base Joconde, mais vous aurez un tour complet de l’œuvre de l’artiste  sur Wikiart.

En attendant voici quelques photos prises par mon photographe personnel :


0 commentaire

%d blogueurs aiment cette page :