Le scoop-it de la semaine : les copistes

Pour le scoop-it de la semaine , je ressors un « vieil » article daté d’avril 2015 qui parle des copistes au Louvre. J’apprécie les articles parfois irrévérencieux mais tellement amusants du blog « Au Louvre, j’aime », son style me plait, les articles ne manquent pas d’intérêt ;  c’est un petit moment de détente et son regard sur les copistes au Louvre m’a vraiment fait rire.

J’en profite pour corriger quelques petites erreurs et ajouter quelques détails

  • les horaires sont de 9 h à 13 h30 de septembre à juin , mais les copistes sont autorisés à sortir à partir de 12h30. Les retardataires ne sont pas tolérés, l’entrée se fait entre 9 et 10h.
  • « Avant le début du travail, l’agent responsable du bureau des copistes appose un cachet sur le verso du support ainsi que sur le recto, ce cachet pouvant être recouvert par le copiste lors de son travail. Seule est autorisée l’entrée au musée des toiles vierges, enduites ou avec mise au carreau. » extrait du règlement intérieur
  • la copie de l’Odalisque d’Ingres que l’on peut voir dans l’article  est de Thomas Cambois, excellent peintre dont vous pouvez voir le travail sur cette vidéo.

Droit de protographier

Ce qui m’amène à parler de cet autre article paru récemment sur un blog de veille d’un juriste et  qui  pose réflexion :

Petite méditation juridique au Louvre sur un mille-feuille de reproductions

Si la question posée dans cet article n’est pas inintéressante, je trouve qu’il comporte quelques maladresses que je souhaitais évoquer ( on n’est plus du tout dans l’insolence !!! mais dans le monde juridique :-O)  L’auteur nous parle du droit de photo dans les musées et plus particulièrement du droit de photo d’une copie alors que la photographie de l’œuvre originale est  autorisée. La principale maladresse ici, est de citer des tas de lois sans même avoir demandé le pourquoi à la personne concernée. 

Le Louvre , « fidèle à la tradition d’enseignement considère le peintre-copiste comme un élève du musée », l’artiste ne paie aucune redevance,une fois sa demande acceptée, il a un chevalet à disposition et  dispose d’une petite étiquette avec un pictogramme (pas de photo)  qu’il peut installer (ou pas) sur son chevalet ou dans son dos s’il le souhaite. Ce petit rappel est à l’intention des visiteurs , pour permettre au peintre de travailler dans les meilleures conditions dans un lieu public.  « Il n’y a pas de copistes agréés au musée. les copistes ne sont pas une corporation et n’ont pas qualité à avoir de représentants. »

Albrecht Dürer , autoportrait au chardon

Copie au Louvre de l’Autoportrait de Dürer

A la question : Le peintre peut-il interdire de prendre son œuvre en photo? je réponds qu’il n’est pas nécessaire d’avoir fait des études de juriste pour savoir que NON , on ne peut l’interdire et ce panneau est là plutôt pour protéger les droits à l’image de la personne, et pour rappeler un peu le respect.  En l’occurence il semble que la notion ne soit pas du tout comprise. Je cite :

« Mais j’ai fini par décider de ne pas le respecter, car cette interdiction est à mon sens dépourvue de fondement juridique. »  

Il me navre de lire ce genre de phrase : quelle impolitesse! et quel manque de savoir vivre!!! Heureusement que tous les visiteurs ne sont pas de cet acabit . N’aurait-il pas été plus sympathique de demander l’autorisation, de discuter avec la personne et de lui expliquer la démarche et l’article qui en découle.  Il s’avère que certaines entreprises étrangères utilisent des photos « volées » de copistes au travail pour promouvoir leur site et qu’il est donc juste de savoir comment cela sera utilisé. Je sais qu’à notre époque, les images circulent sans suivre toutefois les bonnes règles et les lois mais j’ai envie d’espérer qu’il existe encore des relations humaines.

Si l’auteur de l’article a préféré photographier le peintre de dos devant un tableau noir,  tout en donnant un avis très personnel sur le travail qu’il faisait, laisse à penser un esprit critique sans objectivité ni professionnalisme. N’aurait-il pas été plus judicieux de faire une présentation du travail de l’artiste, surtout qu’il est très facile sur le net de retrouver le peintre. 

Travailler dans un lieu public demande beaucoup de concentration et il est important que l’on y accorde le respect.

 

Exposition des copistes en juin 2016

Si vous souhaitez voir le travail terminé des copistes,  une exposition a lieu à Paris  prochainement . Alors venez voir pour vous faire une idée, vous pourrez même prendre quelques clichés et pourquoi pas , discuter avec les auteurs!!!

 

annonce exposition des copistes juin 2016

annonce exposition des copistes juin 2016

à bientôt