Bosch 500, le retour

sculpture pour l'événement Bosch 500 à Bois le duc

sculpture pour l’événement Bosch 500 à Bois le duc

L’Exposition

Après une escapade aux Pays-Bas pour l’exposition Bosch 500, et vu l’intérêt que vous portez au premier article d’après le nombre de visites,  je me dois de faire ici mon petit compte-rendu. Malheureusement, il  sera peu illustré car il était interdit de photographier à l’intérieur de l’exposition.

Il faut compter deux heures de visite, et il y a pas mal de monde . D’ailleurs, vu le succès, il est indispensable de prévoir les billets d’avance avec le créneau horaire pour y entrer .BlD08

Je ne ferai pas un tour  exhaustif de ma visite, je vous ai déjà parlé de ce qu’il y a à voir ici avec toutes les références sur les œuvres exposées et les sites à consulter (voir plus bas les liens). Vous pouvez lire aussi l’ article sur la nef des fous  qui n’en est plus une à présent ou regarder le jardin des délices en haute définition.  Je préfère vous parler des œuvres  qui m’ont le plus marquée ou des choses qui m’ont étonnée.

BlD09Parmi les triptyques et tableaux exposés, Le chariot de foin, Le vagabond, ou La crucifixion de Ste Wilgeforte ont  retenu mon attention un peu plus que d’autres pour leur qualité picturale ou leur histoire , ainsi que l’un des triptyque sur Le jugement dernier (celui de Bruges) et les planches de dessins de l’artiste pour la précision du trait, l’imagination et le travail de recherche … 

J’ai aimé aussi voir les 2 tableaux rassemblés : la nef des fous du Louvre et  et l’allégorie à la débauche de New Haven. ( voir simulation)

 

BlD03

Certaines choses m’ont quand même surprise lors de cette visite , par exemple on peut voir le volet gauche et le  panneau central du Jardin des délices. Le volet gauche complet avec les 2 faces peintes, est présenté seul dans une vitrine comme étant  une copie d’un suiveur. Dans le livre sur l’exposition, on nous apprend que cette copie aurait probablement été réalisée lorsque l’original était à Bruxelles vers 1520-1530 soit 30 ou 40 ans après l’original, et que cette œuvre diffère un peu du point de vue du style.  Difficile pour moi de juger mais  bon, il faut lire un bouquin pour le savoir car rien n’est mentionné sur place.

Pour le panneau central exposé, c’est encore plus nébuleux . Le cartel à côté de l’œuvre marque « Anonyme – collection particulière », les explications et le texte nous ramènent à l’original du Prado . Je trouve cela un peu exagéré de laisser le doute planer. Le copiste ici mérite toute mon admiration pour l’excellent travail fait, certainement bien plus délicat que certaines œuvres de suiveurs de Bosch exposées dans la même salle. Dans le catalogue, le panneau n’est même pas reproduit et il n’en est pas fait mention  … on l’a remplacé par le triptyque original. 

Pas de doute pour moi, je savais très bien que cette œuvre de Bosch n’était pas exposée ici, mais en voyant les visiteurs dévorer des yeux cette peinture … cela m’amuse un peu. Je suis ravie qu’une copie ait droit à tous ces regards admiratifs, c’est bien la preuve que cela mérite aussi le respect et non les critiques souvent dénigrantes sur le travail des copistes. 

Je continue la visite en me délectant  de tous les détails qui constituent le travail de Jérome Bosch pour rester en admiration devant les planches d’études exposées. Les 19 feuilles exposées sur les 21 existantes encore de nos jours sont montrées pour la première fois au public et c’est un régal. En voici quelques exemples:

Là encore, une petite chose m’a intriguée, un des dessins de JB intitulé « Chanteurs dans un œuf et deux esquisses de monstres » nous est présenté avec l’explication « le thème et le schéma de composition sont développés dans la nef des fous. »

Quelle surprise … ce dessin ressemble davantage  au tableau Concerto dans l’œuf  exposé au musée des Beaux arts de Lille  qu’à la nef des fous. Mais bon,  je ne suis pas experte, c’est juste mon avis .

Je ne vous en dirai pas plus, à vous d’aller voir cette exceptionnelle retrospective!!

 

 

Visite de la Ville

La ville de Bois-le-duc mérite aussi sa visite, c’est une petite ville accueillante. Je vous conseille dès votre arrivée de vous garer au Parking « Sint Jan », il est bien placé et un cheminement à travers les remparts vous amène vite sur la place de la cathédrale. La visite de la cathédrale-basilique  est intéressante avec de belles sculptures et une orgue monumentale. A l’extérieur, et durant l’événement Bosch500, il est possible de monter sur une plateforme, aménagée à 25 m de hauteur, pour voir les sculptures fantastiques sur les arc-boutant de la basilique.

Personnellement , j’ai trouvé l’installation défigurant la façade du monument, tellement horrible que cela ne m’a pas donné l’envie d’y monter … à vous de voir!!

Vous pourrez profiter d’une balade à travers la ville, les ruelles, voir les canaux ou la place du marché en suivant un petit itinéraire concocté par l’office du tourisme et jalonné de sculptures à l’image des créatures de J.B.

Juste avant ma visite, plusieurs anciennes maisons sur la place où trône la statue de Jheronimus van Aken, dit Jérôme Bosch, s’étaient écroulées laissant sur la place de nombreux gravats.

Une dernière information sur la visite du Jheronimus Bosch Art Center, ce centre est situé dans une ancienne église et présente l’œuvre de J.B  sous la forme  de reproductions grandeur nature. Ce centre est ouvert en permanence, mais il ne présente pas beaucoup d’intérêt pendant la période de l’événement et surtout après avoir vu  les peintures originales. Il a certainement un but pédagogique et les informations sont uniquement en néerlandais et en anglais. Vous pouvez juste avoir une petite fiche descriptive mais succinte en français à l’accueil.

Ce petit tour d’horizon avec les quelques réflexions personnelles est terminé. Je vous laisse le soin d’aller voir sur place …

 

 

Quelques liens