marronnier

apprendre à dessiner les arbres

tronc de marronnier
cours de paysage – Gallica 1834

Ce qui est bien au marronnier de cette planche, c’est son contour ondulé; les écailles de son écorce se dirigent dans des sens différents, et sont de grosseur inégale ; elles ont des nœuds, des écorchures, etc., etc.
Le choix de l’arbre une fois fait, il faut s’occuper de la distribution des clairs et des ombres, car c’est de là que dépend l’effet. Il faut se rappeler que la lumière et l’ombre grandissent ou diminuent continuellement aux dépens l’un de l’autre par le mouvement continuel de la terre; que telle partie qui est éclairée admirablement le sera trop peu de temps après, ou ne le sera plus du tout, suivant la position du soleil par rapport à l’arbre et au spectateur ; par conséquent, lorsque le tronc d’arbre choisi est éclairé convenablement, produisant un bel effet, il faut regarder quelle heure il est et se contenter ce jourlà de le dessiner purement, indiquant les détails principaux sans avoir égard au clair et à l’ombre. Le lendemain, voulant continuer, on reviendra se placer au même endroit, ayant soin d’arriver au moins une demi-heure plus tôt afin d’être prêt à commencer à la même heure que la veille, car alors l’effet sera à peu près le même. On commencera par tracer le contour de la forme exacte du clair, puis on mettra une teinte d’ombre sur toute la partie que l’astre n’éclaire pas; puis l’on placera les demi-tons afin de faire tourner (consulter la planche G, fig. 2, de cet ouvrage). La disposition est à peu près la même, seulement pour ce tronc de marronnier, qui nous sert d’exemple, la lumière est plus large et laisse par conséquent moins de place pour l’ombre; cependant, malgré son peu d’étendue, on doit apercevoir dans sa masse les mêmes demi-teintes se liant entre elles et se noyant avec le contour afin de faire tourner l’arbre. Lorsque l’on est parvenu à représenter le degré de rondeur qu’offre le modèle on s’occupe des détails, qu’il faut rendre toujours largement; se rappeler à cet effet ce que nous avons dit planche 17, à l’occasion d’un tronc de chêne. Pour tous les autres objets on devra opérer comme pour ce tronc de marronnier.