Copie de tableau

Pygmalion et Galatée de Gérôme

 

Je continue les copies de tableaux en parallèle à d’autres démarches artistiques car c’est, je pense, ce qui me permet de progresser en peinture. Cela m’oblige à analyser le tableau, comprendre la technique de l’artiste, le choix de sa palette, et aborder très modestement une véritable peinture.

Ma démarche artistique

Contrairement au travail organisé de la copie que consistait l’apprentissage des peintres d’antan, je papillone, je m’éparpille , je passe d’un siècle à l’autre , du Nord au Sud en chopant , trébuchant, mais toujours avec la même passion. Je fabrique et teste différents médiums , m’essaie à peindre sur différents supports et formats (avec bien des déboires parfois), travaille les glacis et  les empâtements (avec plus de difficultés)  … je peste , râle , tempête, j’avance et je recule mais toujours avec le même plaisir de découverte.

Après les natures mortes ou le paysage de l’école flamande avec Kalf, Claesz-Heda ou Ruisdael (17éme), les peintures religieuses italiennes avec Raphael (16éme) ou Batoni (18éme), et autres tentatives; me  voila au 19e  avec un grand représentant de la peinture académique : Gérôme. Bien loin de moi l’idée d’égaler l’artiste, mais ces scènes d’atelier m’ont mise au défi  : Travail sur le nu, la peau, la matière, la composition, les lumières … Quel challenge!!!

peinture à l'huile, copie de tableau

Copie de tableau : Pygmalion et Galatée de Jean Leon Gerome

Pour l’anecdote :

J’ai entamé 2 tableaux de Gerôme, un à l’Atelier Vermeer ( Fin de séance) et l’autre chez moi . Je  vous présente ici le travail personnel : la copie de Pygmalion et Galatée,  je suis très très loin de la technique du maitre mais j’ai eu réellement des moments de petits bonheurs en peignant ce tableau. J’ai cru par moment que mon pinceau était seul maitre à bord, j’ai vu le corps de Galatée prendre forme, sortir de la toile, prendre du relief un peu comme par magie. Quel bonheur!

J’avais déjà ressenti une petite satisfaction sans comprendre, lorsque j’ai peint les mains de la Vierge de Pompeo Batoni. Je papotais avec mon amie et professeur Andréa en peignant et les mains ont pris forme toutes seules. Je vais finir par croire au 50eme secret que Dali dévoile dans son livre.

Y a t-il quelqu’un sur la toile pour m’expliquer cela?

 

merci pour vos visites