27eme jour, j’ai perdu le rythme du challenge avec Sktchy  : un portrait par jour pendant 30 jours.  Mais déconfinement oblige, la vie culturelle m’appelle et c’est à la force des mollets que je suis partie visiter le château  de Versailles  dépourvu de ces touristes et voir l’exposition Hyacinthe Rigaud.  Le récit de cette journée ensoleillée est sur le blog Kermorvan.fr

Affiche de l'exposition Hyacinthe Rigaud à Versailles
Affiche de l'exposition Hyacinthe Rigaud à Versailles

Hyacinthe Rigaud

Bien que peu connu aujourd’hui, Hyacinthe Rigaud était un portraitiste très en vogue à la cour du roi et sa réputation atteignit même des sommets à la fin de sa carrière.  A l’instar de Rembrandt, il aimait faire son autoportrait. Mais là ou un maitre comme Rembrandt ne se faisait pas de cadeau, Rigaud lui avait une tendance à se rajeunir et à embellir ses portraits les rendant presque tous identiques.

Autoportraits

Autoportrait  au turbande Hyacinthe Rigaud
Autoportrait au turbande Hyacinthe Rigaud
Autoportrait au porte-mine de Hyacinthe Rigaud 1711
Autoportrait au porte-mine de Hyacinthe Rigaud 1711
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud, 1698 Collection particulière
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud, 1698 Collection particulière

Surchargé de commandes, il avait développé une technique de production pour optimiser les délais et le coût. Aidé de collaborateurs sélectionnés (comprendre des petites mains mal payées), il faisait préparer des toiles dans un style très prisé de personnes en costume d’apparat (appelé: l’habillement répété) et y peignait les visages à la demande. Il va sans dire que cela faisait baisser considérablement le prix d’un portrait. Ainsi on peut voir des peintures similaires comme ci-dessous, le comte de Coigny ou  le marquis de Château-Renard dans des compositions identiques.

L'industrie du portrait

Peintures similaires du comte de Coigny et du marquis de Chateaurenard- Hyacinthe Rigaud
Peintures similaires du comte de Coigny et du marquis de Chateaurenard- Hyacinthe Rigaud

Il pouvait même aller jusqu’à découper la toile (Zoom ci-dessous) pour y mettre la tête du commanditaire et lui éviter des scènes de pose trop longues.

Portraits choisis

La peinture de Rigaud est digne d’intérêt mais ce genre d’exposition un peu trop « monomaniaque » rend la visite un peu lassante. Le parcours et la mise en scène n’a pas assez, il me semble, révélé l’œuvre du peintre. 

Voici quelques portraits choisis en dehors des plus célèbres portaits royaux .

 

 

Mon portrait préféré est sans doute celui de ce jeune garçon.

Le cartel nous explique que l’identité du modèle et les circonstances de la création ne sont pas connus,  mais cela annonce le début de la peinture orientaliste.

L’attitude et la douceur du portrait ne font pas oublier le collier d’esclave qu’il porte et qu’il n’aurait pas du avoir, puisque les esclaves étaient sensés  être libérés lorsqu’ils débarquaient en métropole. 

Portrait d'un jeune homme noir 1710-20

0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :