Les sanguines de Nicolas Robert

Nicolas Robert

Nicolas Robert  est un artiste naturaliste français (1614-1685)  connu pour ses vélins conservés au Muséum national d’histoire naturelle. Sur Gallica, j’ai trouvé 2 recueils composés de plusieurs dizaines de dessins à la sanguine sur papier japon d’une grande finesse.

Voici le lien qui vous permettra de feuilleter un des livres en question :

Recueil de plantes et de fleurs dessinnées* à la sanguine / par Nicolas Robert 

et un exemple d’illustration que l’on peut y voir

* texte original

dessin de fraisier à la sanguine

planche botanique tirée du recueil de Nicolas Robert – fragavia

Travail de graphiste

J’ai décidé de reprendre toutes les planches de cet ouvrage , de les nettoyer et de les remettre en page pour les faire revivre sous une nouvelle forme. Ce travail est  soumis, bien sûr, aux conditions d’utilisation de Gallica, et ne peut pas faire l’objet d’un usage commercial sans les droits qui sont liés.

Voici la même planche retravaillée avec photoshop et montée sur un fond de papier Ingres , le nom de la plante est celui de la note (décryptée) inscrite au graphite sur le dessin original. Les  détails montrent la qualité et la finesse du trait  des sanguines.  En cliquant sur la planche du fraisier, vous pourrez l’ouvrir  dans un format de très grande définition, afin de mieux juger du travail de graphisme. Attention gros fichier!

dessin à la sanguine d'un plant de fraisier

planche botanique retravaillée – fraisier

Les 15 premiers dessins à la sanguine du recueil

Seul un nom écrit au graphite, sur chaque planche,  nous informe de la plante illustrée, il n’est pas toujours facile de retrouver la plante en question.  L’espèce a quelquefois évolué et n’existe plus sous la même forme et cela demande un travail de documentation scientifique que je n’ai pas la prétention de pouvoir faire, mais voici quelques pistes (que j’espère exactes) sur certaine plante en question.

  • Planche 1 : Acanthium

Il pourrait s’agir de l’Onopordum acanthium L., le Chardon aux ânes ou Onopordon à feuilles d’acanthe. C’ est une grande plante épineuse. (Wikipedia)

  • Planche 2 : Aconitum caule

Les Aconit sont des plantes qui contiennent des alcaloïdes toxiques, et l’agriculture a tout fait pour les éradiquer et ne plus les trouver dans les cultures

  • Planche 3  : Ageratum

La plante que l’on trouve de nos jours sous ce nom ne ressemble en rien à l’illustration de Nicolas Robert : Ageratum viliosum purpurum. Je ne sais pas de quelle plante il s’agit ici.

  • Planche 4 : Alcea

Le nom inscrit : Alcea folio trifido ne donne aucun résultat mais je pencherai pour une plante ressemblant à l’althéa ou guimauve officinale

  • Planche 5 : Alchemille minor

L’Alchemille est une plante assez reconnaissable , je ne suis pas experte pour définir l’espèce exacte mais ,vous trouverez la liste des différentes variétés connues sur la page Wikipedia.

  • Planche 6 : helleborine herbacée

Je pense qu’il est question ici de Epipactis helleborine subsp. helleborine,  dont voici la fiche descriptive.

  • Planche 7 -8  et 9 : gramen cyperoides

Les trois planches de graminées sont assez difficiles à déterminer précisément , tant les espèces sont nombreuses mais je pense qu’il y a au moins un carex

  • Planche 10 : ranunculus humilis

C’est certainement ici une variété de renoncule ancienne

  • Planche 11 : géranium

Je pense qu’il s’agit ici d’un géranium vivace ou mauve , mais de nombreuses espèces de géranium existent et je ne peux le certifier.

  • Planche 12 : fraxinus

Sans aucun doute :  une branche de frêne en fleur

  • Planche 13 : gnaphalium

Ici, c’est une gnaphale mais, laquelle ??

  • Planche 14 : fragavia fructus
voilà un bien joli plant de fraises sauvages
 
  • Planche 15 : euphrasia

L’euphraise, appelée aussi « casse lunette » est une plante utilisée en ophtalmologie.

Je vais  continuer ce travail de graphiste sur toutes les sanguines botaniques pour vous les dévoiler petit à petit dans d’autres articles.  J’espère ainsi remettre à jour le travail de cet illustrateur, et présenter tous ses dessins dans un même format et tout propre.

Les images de l’article sont en basse définition et ne peuvent pas être utilisées dans un but lucratif ( voir conditions sur Gallica).  Je peux  toutefois fournir des planches retravaillées  en 400 dpi  format 22 x 35cm selon le respect des droits d’image. 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer