Mes « gallicanauteries » le dessin de paysage 2

DESSINER UN  PAYSAGE

Voici donc, comme promis, la suite des cours de dessin sur le paysage glanés sur le site de la Bibliothèque nationale de France : Gallica. Dans  la Première partie , on apprenait à dessiner des arbres, le feuillage,… dans ce chapitre on se prépare au dessin de paysage sur le motif en apprenant à composer et à regarder.

Rembrandt, Graveur, paysage

Estampe de paysage de Rembrandt 1645

Pour la petite histoire, une partie des planches que vous trouverez dans ce post, sont issues d’une revue mensuelle « l’Album » créée en mai 1840 et qui s’adressait aux jeunes artistes. On y trouvait  des modèles lithographiés avec le plus grand soin et un texte dans lequel les professeurs donnaient des conseils assez précis. Ces publications sont toujours utiles si l’on cherche à progresser en dessin. Tous les n° ne sont pas numérisés chez Gallica mais les exemplaires présents sont déjà une mine d’informations pour celui ou celle qui veut les explorer.

  (suite…)

Par isabelle, il y a

VISITE DU SALON DU DESSIN 2016

Dessins anciens au Palais Brongniart Ce salon est devenu un rendez-vous incontournable pour les collectionneurs et experts  internationaux , les conservateurs de musée eux-même viennent y faire leur marché .  Cette année, s’est donc déroulée dans le Palais Brongniart , la 25éme édition. C’est une belle occasion d’admirer plus de 1000 dessins rassemblés Lire la suite…

Par isabelle, il y a

Mes « gallicanauteries » le dessin de paysage, 1ère partie

Dans notre monde actuel, nous sommes submergé par les images, il n’est pas toujours facile de faire le tri et d’organiser une iconothèque appropriée.  Je pense être  « iconophage » : jai besoin des images pour déclencher une sorte  de réactions en chaine, éveiller des émotions, des envies de dessiner,  mélanger les idées,  digérer  ce que je vois ou que je ressens, bref m’inspirer… et comme je ne peux pas tout digérer, je garde, je conserve, je décortique  et lorsque  les images sont assez fortes pour conserver de l’intérêt, il en sort toujours quelque chose de créatif.  Dans ce billet il est question d’arbres et de paysage et peut-être que vous trouverez aussi votre inspiration dans ces anciennes gravures glanées dans la base de données de Gallica.

étude d'arbre de L. de Vinci

étude d’arbre de L. de Vinci

DESSINER UN  ARBRE

Si vous souhaitez aborder le paysage en dessin il est intéressant de commencer par les arbres.

(suite…)

Par isabelle, il y a

Salon du dessin

L’affiche 2016 est arrivée C’est la 25ème édition de ce salon, et comme les années précédentes  l’affiche  est un superbe montage infographique depuis un dessin ancien et une photographie.   L’auteur de ces montages est le  graphiste Michal Batory  et il nous offre, une fois encore, une très jolie affiche. Recherche documentaire En 2012, Lire la suite…

Par isabelle, il y a

Une oeuvre, un regard, une émotion …

Gentilhommes

Je vous montre aujourd’hui ces 2 portraits ensemble, car  un sentiment identique s’en échappe, bien qu’ils aient été peints à des périodes bien différentes.  J’ai l’impression de percevoir  dans ces portraits une réelle admiration ou une profonde amitié, un sentiment particulier .

Ces œuvres sont loin d’être de simples commandes ou des portraits académiques, quelque chose les différencie : une attitude, un regard, une atmosphère. Cela donne un air plus sympathique à ces personnages pourtant austères.   Je vous ai déjà  parlé des sentiments qui entrent en compte lorsque l’on peint ou dessine quelqu’un que l’on connait particulièrement.   Le petit plus qui donne davantage de valeur et de réalisme au portrait  et je ressens ici une  réelle confiance ,  j’aime particulièrement l’atmosphère sereine qui émane de ces 2 peintures.

Dans les 2 portraits, il n’y a aucun décor, l’arrière plan monochrome oblige à un face à face. Les personnages sont de 3/4, le visage est placé sur l’axe médian, l’éclairage arrive en diagonale à l’arrière. Trois zones claires guident le regard : le visage, la chemise et les mains. Le regard est franc et profond et interpelle le spectateur. Le regard de Castiglione nous transperce, nous interroge … celui de Mr Bertin nous rassure. Nous entrons dans le tableau, notre présence est palpable, ces tableaux ont été peints pour nous , ces deux hommes nous sont présentés et n’ont pas été simplement « représentés ».
(suite…)

Par isabelle, il y a