Archives de catégorie : regard sur l’art

Potins sur les artistes

Je suis toujours à la recherche d’informations sur les techniques de peinture et, lors de mes lectures,  il arrive parfois de trouver dans ces livres anciens numérisés des anecdotes sur les pratiques de certains peintres. Il faut absolument que je les note pour vous les partager.

Voici l’une d’entre elles, pas très reluisante, sur Watteau

Les mauvaises habitudes

Watteau aimait à peindre vivement, et, « pour accélérer son effet et son exécution », il peignait « à gras ».

Il était dans l’habitude, précise de Caylus, quand il reprenait un tableau, de le frotter indifféremment d’huile grasse et de repeindre par-dessus. Cet avantage momentané a, par la suite, fait un tort considérable à ses tableaux ; à quoi a encore beaucoup contribué une certaine malpropreté de pratique qui a dû faire tourner ses couleurs. Rarement il nettoyait sa palette et était plusieurs jours sans la charger. Son pot d’huile grasse, dont il faisait un si grand usage, était rempli d’ordures et de poussière et mêlé de toutes sortes de couleurs qui sortaient de ses pinceaux à mesure qu’il les y trempait. »

Mariette dit également : « Il n’était point curieux de la propreté, et cela, joint au trop grand usage qu’il fit de l’huile grasse, a beaucoup nui à ses tableaux. Presque tous ont perdu. Ils ne sont plus du ton qu’ils avaient lorsqu’ils sont sortis de ses mains. »

Gersaint, qui l’avait aussi connu, déplore ses abus d’huile grasse et ajoute : « Il faut avouer que quelques-uns de ses tableaux périssent par là, de jour en jour ; qu’ils ont totalement changé de couleur ou qu’ils deviennent très sales, sans aucune ressource ; mais aussi ceux qui se trouvent exempts de ce défaut sont admirables et se soutiendront toujours dans les plus grands cabinets. »

Bravo les amis! … pas vraiment sympa ces potins , n’empêche que les peintures d‘Antoine Watteau (que l’on aime ou pas le style) sont toujours sur les murs des musées, je suis certaine que vous ne les regarderai plus de la même manière la prochaine fois que vous croiserez une de ces peintures de ce jeune artiste mort à 36 ans.

 

quelques tableaux de l’artiste

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Peintre à découvrir

Dans la continuité de la revue de presse « Galeries artistiques » , je vous présente le travail de Steve Smulka tout en transparence, en reflets et en réalisme.  

Steve Smulka – New dawn

New dawn – la nouvelle aube peinture de Steve Smulka

Huile  – 65 x 100cm environ

Steve Smulka

Il est né en 1043 à Detroit, et après des études en arts visuels et aux Beaux arts, Steve poursuit sa carrière d’artiste vers  l’hyperréalisme. Il est  notamment influencé par Chuck Close avant concentrer ses recherches sur le verre, et la lumière naturelle. Son principal sujet  est la représentation du verre sous toutes ses formes : bocaux, carafes, bouteilles… avec en plus, la magie de la lumière et du paysage : une belle alchimie!

Liens

Son travail

 Galerie Henoch

 

EnregistrerEnregistrer

Dans les collections de la Villa Médicis

Au dela de la simple copie

J’ai découvert, il y a peu de temps, la base d’Antin qui présente les collections numérisées de la Villa Médicis, Académie de France à Rome. En explorant la base j’ai trouvé parmi le travail des pensionnaires de la Villa des copies de Maitres, faites dans le cadre de recherche personnelle ou comme élément de décoration comme ce « Poussin » qui décorait le plafond d’une des chambre de la Villa jusqu’en 1978. Mais c’est un portrait qui a eu toute mon attention.

Portrait de David D’Angers

Ernest Hébert, avait décroché le premier prix de Rome en 1839 et  fut l’un des pensionnaires de la Villa. Lors de son séjour il a peint le portrait du sculpteur David d’Angers d’après un dessin de Jean-Auguste Dominique Ingres.

Le dessin d’Ingres est au Louvre dans la collection d’arts graphiques, il est dessiné à la mine de plomb et il mesure environ 20 x 16 cm il est signé, dédicacé, localisé et daté  : ‘Ingres à son ami David/Rome 1815’

David d’Angers a été lui aussi pensionnaire à Rome en 1812, tout comme l’avait été Ingres quelques années auparavant. On peut donc imaginer que ce portrait ou une autre version était toujours à Rome lorsque Hébert a décidé d’en faire une peinture que je trouve trés réussie.  La coiffure, le regard, l’expression tout est juste et bien interprété.

Jugez vous même :

 

La « copie » est donc une huile sur toile de 55.3 cm x 45.7 cm
avec l’inscription « EH » monogrammé entrelacés, copie d’après un dessin d’Ingres
par HEBERT Antoine-Auguste-Ernest

du beau travail , ne trouvez-vous pas?

 

EnregistrerEnregistrer

INFORMATIONS ARTISTIQUES

3 expositions à programmer

FOUJITA au Musée Maillol

du 7 mars au 15 juillet 2018

Musée Maillol

61, rue de Grenelle 75007 Paris

Tel: 01 42 22 57 25

Ouvert 7 jours sur 7 de 10h30 à 18h30. Nocturne le vendredi jusqu’à 20h30

 

 

KUPKA au Grand Palais

du 21 mars au 30 juillet 2018

GRAND PALAIS, GALERIES NATIONALES
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

 

et une petite exposition de l’affichiste LOUPOT à la Bibliothèque Forney

du 26 janvier 2018 au 26 mai 2018

Bibliothèque Forney

1, rue du Figuier, Paris 4e

Peinture orientaliste

L’exposition « peintures des lointains » au Musée du quai Branly  m’a permis de découvir de jolies peintures orientalistes d’artistes peu connus comme, par exemple, Marie Tonoir  avec ce très beau portrait ci-dessous, ou Ange Tissier avec son Odalisque.

Je vous invite à visiter la galerie de photos de l’exposition.

 

Femme de Biskra par MARIE CAIRE-TONOIR

 

Tête de Femme de Birska de Marie Tonoir Photo RMN-Grand Palais (musée du quai Branly – Jacques Chirac) / Daniel Arnaudet

Huile sur toile
Don de Josephine Julien au Musée de la france d’Outre-mer en 1936
Dépôt au Musée de la Vallée Barcelonette
Marie Tonoir voyage avec son époux le peintre Jean Caire en Afrique du Nord. Durant l’hiver 1899-1900, ils se rendent dans l’oasis de Biskra en Algérie, où se retrouve une importante communauté d’artistes et d’écrivains.  C’est là que l’artiste fait le portrait de plusieurs femmes de Biskra.

 

ANGE TISSIER – Odalisque

 

L’odalisque d’Ange Tissier 1860 Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du quai Branly – Jacques Chirac) / Daniel Arnaudet

 

Huile sur toile
Don de Gaston Bernheim de Villers au Musée des colonies et de la france extérieure 1932

Quant à Jean-Baptiste Ange Tissier, il n’a jamais mis les pieds en Afrique du Nord. Pourtant il peint plusieurs toiles très orientalistes comme cette Odalisque , autrefois appelée l’Algérienne et son esclave.  Les détails soignés, le rendu des étoffes (imprimé,  transparence, plissé) font preuve d’ une grande maitrise dans l’art de peindre.

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Revue de Galeries

Voila quatre ans que j’alimente une sorte de revue de presse « Scoop-it » sur le thème Galeries artistiques . Il y a eu  102 800 000 visites, à ce jour juste pour ce thème, j’ai donc tendance à penser que cela intéresse quelques personnes. J’ai décidé de sortir, de temps en temps, quelques coups de cœur en présentant une œuvre et un artiste, juste pour le plaisir des yeux et pour découvrir le travail d’un peintre contemporain ou ancien.

William Whitaker – Cartimandua

Huile sur bois – 30 x 23cm

peinture de femme et drapés

©William Whitaker

 

William Whitaker est un peintre américain contemporain (né en 1943), il est fils d’artiste et a été élevé dès son plus jeune âge dans le monde des arts. A 17 ans,  il poursuit sa formation de peintre auprès de Alvin Gittins, explore différents styles avant de revenir aux valeurs traditionnelles.

W. Whitaker est classé dans les peintres figuratifs contemporains, il peint surtout le modele vivant en atelier, avec de nombreuses  références à l’Antique et aux méthodes traditionnelles : lumière , poses, drapés … mais sa galerie artistique comporte aussi bien des natures mortes que des scènes de vie ou  des compositions florales. Petit  aperçu vidéo  démos sur son site.

 

LIENS

William Whitaker

Alvin Gittins

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Revue de détails au Louvre

Réouverture des salles de peintures du Nord

Comme elles me manquaient ces salles de peintures hollandaises!!

Depuis plus de 2 ans des travaux de rénovation des salles peinture ont lieu au Louvre. Après avoir ouvert les salles de peintures françaises il y a quelques mois, voici la réouverture des salles des écoles germaniques et des Pays-Bas.
Près de 500 œuvres ont ainsi été décrochées, bichonnées et sont passées entre les mains d’experts avant de rependre place selon un nouvel accrochage, des murs fraichement repeints et un nouveau parcours.

Quel plaisir de retrouver ces peintures et d’en découvrir de nouvelles!!!

Impossible de se lasser, chaque salle a son propre spectacle, il y a tant à voir …

Les petites bêtes

On peut se perdre dans La guirlande de fleurs de Seghers ou passer des heures à regarder Fleurs, fruits, oiseaux et insectes sur un fond de ruines, avec une souris pénétrant dans le nid (eh oui cela ne s’invente pas un titre pareil!!!) d’Abraham Mignon 

Continuer la lecture